En Europe

Santorin : La beauté de la Grèce

Santorin, un grand nom, pour une si petite île. Santorin se situe en Grèce au cœur de la mer Égée, c’est l’une des îles des Cyclades. Elle reflète l’image parfaite du pays : les maisons blanches aux toits bleus par dizaines, une caldeira à couper le souffle. Cette île a été détruite par une éruption volcanique il y a des milliers d’année, comme renaît de ces cendres, aujourd’hui elle est l’île la plus touristique du pays.

Comment s’y rendre ?

C’est une île, par conséquent, seules deux options s’offrent à vous, l’avion ou le bateau. Depuis Paris l’idéal est de trouver un vol direct jusqu’à Santorin, parfois vous aurez à faire une escale, bien souvent à Athènes. D’Athènes vous pourrez alors choisir l’option bateau, moins onéreuse, mais bien plus longue.

Nous avions réservé nos billets d’avion en janvier pour un départ en mai, via le site skyscanner. Pour deux personnes, sans bagage en soute, avec la compagnie française transavia, les billets nous sont revenue à 590€, soit 295€/pers. Attention avec cette compagnie, un seul bagage cabine par personne est autorisé (pas de sac à main en plus de votre valise par exemple) /!\

Comment se loger ?

Les hôtels à Santorin ne manquent pas, mais attention au budget car les prix grimpent très vite. Pour votre hébergement, cela va dépendre de plusieurs choses : combien de temps vous restez sur l’île ? Quel moyen de transport utilisez vous ? Aimez-vous la marche à pied ? et la plus importante de toutes, quel est votre budget ?

Question budget : Si vous avez un budget illimité, faites vous plaisir, logez à Oia, les hôtels sont à tomber, grand luxe garanti, jacuzzi privé, vacances de rêve assurées !

Question temps/déplacement : Si vous n’aimez pas trop la marche à pied, que votre temps est compté, que vous ne souhaitez pas louer de voiture, de scooter ou de quad, choisissez un logement sur Fira, c’est de là et uniquement de là que partent tous les bus vers toute l’île. Si vous logez ailleurs les bus vous feront passer par Fira, et il faudra changer de bus pour votre destination. Vous pourrez louer un scooter pour 20€/jour ou un quad pour 25€ par jour en basse saison, les prix augmentent à partir de juin !

Si comme nous, vous avez un budget à respecter, que vous utiliserez uniquement le bus qui à Santorin est très bon marché (1,80€ à 2,40€ par trajet), que marcher beaucoup ne vous fait pas peur, et que vous restez 5 jours ou plus. Je vous recommande l’hôtel où nous avons séjourné.

Eucalyptus Houses, est un hôtel qui propose des petits appartements avec cuisine, salle de douche, chambre et coin extérieur perso. Le tout dans une déco très cocooning. La gérante Julia est d’une gentillesse exceptionnelle, elle vous donnera des bons conseils et toutes les infos pratiques sur la vie du village et de l’île. Séjourner 6 jours/5 nuits dans ce petit cocon nous a coûté seulement 278€ pour deux.

L’hôtel se situe à Messaria, un petit village à seulement 3 kilomètres de Fira. Ces trois kilomètres à pied se font en 45-50 minutes environ (et oui, Santorin ça grimpe beaucoup et donc ralentit le rythme). En bus vous en aurez pour 10 minutes. L’avantage du village c’est que la proximité de Fira fait que plusieurs bus s’y arrête : la ligne pour fira, pour kamari, pour perissa, et pour l’aéroport. Alors que les autres villes de l’île une seule ligne de bus les desservent.

Plan des lignes de bus à Santorin

Messaria est donc un bon compromis temps/argent/facilité.

Jour 1 : Arrivée sur les lieux

Premier jour, nous avons déposé nos bagages à l’hôtel, fais quelques courses pour la semaine, puis visité ce petit village bien sympathique où nous séjournions. Malheureusement le temps n’était pas vraiment avec nous.

|| Côté météo : A la mi-mai nous avons eu deux jours de ciel très très couvert avec même des pluies en soirée. Et quatre jours de ciel bleu, soleil bien présent, mais assez venteux. Question température, nous avions entre 16-18°C degré le matin et en soirée, et des températures qui ont grimper jusqu’à 20-22°C, avec un ressenti aux alentours des 25°C degrés au meilleur de la journée.

Jour 2 : Santorin hors des sentiers battus

Pour notre deuxième jour, le ciel était plutôt menaçant, et les prévisions météo vraiment mauvaises. Nous avons donc décidé de visiter le Santorin hors des sentiers battus, le Santorin moins connu, celui qui est loin de l’agitation touristique, et nous en sommes pas déçu !

Vothonas

Nous nous sommes levé tôt, puis nous sommes parti à pied vers Vothonas, puis Exo Gonia. Le temps de prendre quelques beaux clichés. Le charme à opéré.

Exo Gonia

Il était encore tôt nous avons donc pris la route vers la « Wine Road ». La route des vins de Santorin, plusieurs caves et vignobles trouvent leur place sur cette île, nous en avons visité quelques-uns, mais un domaine en particulier à retenu notre attention : Estate Argyros. Ce domaine est incroyablement beau.

Nous avons aussi visité le musée du vin qui ne vaut pour ainsi dire pas vraiment le coup. Ils nous font une courte visite en anglais sur la fabrication du vin (mais ils font aucun effort d’élocution pour que vous y compreniez quelque chose), la dégustation est payante et très chère alors que dans les caves elle est gratuite. Et vous finirez la visite par le « Art Space » des tableaux fait par le propriétaire des lieux, entreposé dans sa cave, cette partie de la visite est jolie mais pas franchement indispensable.

Nous avons décidé de continuer notre route vers Kamari pour voir la fameuse « black beach », ces plages de sable et galets de toutes tailles de couleur noire, formés par les coulés de lave, quelques milliers d’années en arrière.

Nous avons mangé dans un petit restaurant bien sympathique : Cafe Dolce. C’était mignon, le repas très bon mais pas du tout healty !

Jour 3 : Première découverte de la caldeira

Le retour du beau temps ! Nous nous sommes donc dirigé vers Fira à pied toujours. J’avais hâte de découvrir cette première ville très connue de l’île. À l’arrivée, je n’ai pas été si séduite que ça, beaucoup de monde dans les rues, et si peu de choses à y voir. Une jolie vue sur la caldeira oui, mais à part ça ?

Nous avons continué notre chemin vers Firostefani et d’ores et déjà la donne a changé. Moins de touristes, des petites rues toutes mignonnes, des points de vue sur la caldeira à couper le souffle.

C’est sans compter qu’ensuite nous avons rejoint Imerovigli et que la magie à continuer. Ces deux villages ont été bien plus un coup de cœur que Fira elle-même.

À Imerovigli nous avons fait la randonnée jusqu’au « Skaros Rock ». Cette randonnée n’est pas si compliquée, mais pas des plus aisées non plus. Encore une fois vous devrait descendre puis monter bien des marches et sentiers, et vous devrez même escalader un mur de pierre pour arriver au point le plus haut du rocher. Le retour vers le village est assez éprouvant, car vous devez tout remonter. Mais la balade est sympa, et la vue… magnifique évidement.

Au retour vers notre logement nous nous sommes arrêté dans un bar avec vue à firostefani : Le Golden Sunset. La vue est très belle, les prix assez chers (comme partout dès lors que vous avez une vue) et le serveur est très c**. Au prix où vous payez le verre (soda, bière, smoothies, cocktails), il refuse de vous donner un verre d’eau en plus.

Mise à part ce serveur, tous le long du séjour, j’ai été étonné de la gentillesse des locaux. Lorsque vous allez au bar, au restaurant ou faire vos courses ils vous demanderont comment vous aller. Dans la rue, s’ils vous voient perdu, ils vous aideront volontiers à trouver votre chemin. Lorsqu’ils vous croisent ils vous sourit, vous disent bonjour et parfois vous parlent, comme ça sans raison particulière.

Le soir nous avons trouvé un spot pour le coucher du soleil sur la route qui longe la caldeira après la sortie de Fira direction Messaria. Et figurez-vous qu’à ce spot nous étions seuls ! Zero touriste ! Un pur bonheur ! De quoi profiter à fond de l’instant et à faire de jolie photo souvenirs !

Jour 4 : L’incontournable de Santorin

Oia… Je l’attendais avec impatience, et contrairement à Fira, je n’ai pas été déçu. Alors oui tout comme Fira il y a un nombre de touristes conséquent. Mais les gens restent dans les artères principales, font la queue pour faire des photos comme des moutons tous aux même endroits. Si vous êtes un peu baroudeur et curieux, vous trouverez des spots loin de l’agitation touristique, de quoi en prendre pleins les yeux.

Un moment incontournable, c’est le coucher de soleil à Oia. Ici, vous serez envahi de monde, ils se marchent tous les uns sur les autres pour avoir la meilleure place ! C’est la réalité d’un sunset à Oia, mais je peux vous assurer quand même quelque chose, c’est que malgré cela, le coucher de soleil à Oia est tout simplement incroyable.

Il est considéré comme l’un des plus beau au monde.

Par contre pour trouver une place certains sont là 2-3h avant, des bateaux viennent et débarque des touristes pour ce moment précis, les touristes venues des autres villes de l’île sont très très nombreux également, les rues bondées, les meilleurs spots très vite pris d’assaut.

Jour 5 : Une dernière journée de découverte mitigée

Pour cette dernière journée nous ne pouvions pas manquer la « Red beach », cette plage si touristique et si connue de Santorin. Après avoir vu cette plage en vrai, une phrase me vient à l’esprit « Belle de loin, mais loin d’être belle ». Elle a été la déception du voyage, j’avais entendu beaucoup de bons commentaires, et vu des photos superbes sur cette petite plage de sable rouge.

Le premier aperçu de la plage se fait de loin, les falaises rouges donnent effectivement un charme certain, puis plus vous vous approcherez de la plage et plus la déception s’empare de vous. Le sable n’est pas vraiment rouge, y a du noir, du sable beige, des galets surtout, des algues et des déchets.. Des endroits au bord de la falaise ont été réduit à l’enfouissement de déchets, d’objets métallique entrain de rouiller, des chaises en plastique cassé, tout est stocké là, sur la plage, aux pied des jolies falaise, comme à la décharge publique..

Au bout de cette plage se trouve une grotte : la grotte de la plage blanche. Si ce n’ait pour en faire un spot photo elle n’a aucun intérêt.

Nous avons ensuite rejoint Akrotiri à pied, un petit village qui n’a lui rien non plus d’exceptionnel, nous avons donc pris rapidement le bus pour retourner sur Fira, sur la route de très jolies vues s’offrent à vous sur la caldeira, le mieux serait d’en profiter à pied !

Infos pratiques

  • La devise : L’euro (€)
  • La langue : Le grecque et l’anglais
  • La bonne période : D’avril à Novembre, mais attendez-vous à croiser beaucoup de touristes peu importe la période que vous choisirez.
  • Le décalage horaire : + 1h par rapport à la France
  • Le temps de vol : 3h05 depuis Paris en vol direct
  • Les immanquables : Fira, Immerovigli, Oia et son coucher de soleil.
  • Mon coup de cœur : La ville d’Oia évidemment, les couchers de soleil à Santorin sont splendides, j’ai adoré me balader hors des sentiers battu, et la gentillesse des habitants de cette île m’a beaucoup touché.
  • Le petit moins : La saleté dans les rues et sur les plages (même touristiques)
  • Mon conseil : 4 jours suffisent pour visiter cette petite île, si vous partez plus longtemps je vous conseille deux choix : prendre un hôtel grand luxe avec piscine ou jacuzzi pour vous faire plaisir à fond, ou visiter une ou deux autres îles des Cyclades !
  • Mon budget : Au total 1.146€ à deux soit 573€/pers tout compris (vol, hôtel, courses/restaurants, bus)

Cartographie de mon itinéraire

4 réflexions au sujet de “Santorin : La beauté de la Grèce”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s